fbpx

Notre histoire

Aujourd’hui, les gens qui choisissent de faire leur aliyah, savent que, malgré les défis qui accompagnent leur décision, des opportunités et un réseau de soutien les attendent dans un écosystème florissant.

Mais faire son aliyah n’a pas toujours été aussi facile et, lorsqu’on examine les raisons de la création de Gvahim, il apparaît clairement que c’est le parcours unique d’un oleh qui a ouvert la voie aux autres.

En 2001, Mickael Bensadoun, né au Maroc, est arrivé en Israël rempli de passion, pour bâtir une carrière et vivre une nouvelle vie.

Avec une formation d’une des meilleures universités de France et un doctorat de l’université hébraïque, Mickael pensait être bien équipé pour bâtir une vie professionnelle en Israël, mais il a vite découvert les nombreux obstacles qui l’empêchaient d’atteindre ses objectifs.

Mickael a dû relever un défi particulier en essayant de se faire une place au sein du marché du travail israélien. Malgré ses diplômes et ses capacités, il existait un problème : il n’avait pas les relations et le réseau dont ses pairs israéliens jouissaient. Il savait qu’il devait trouver un moyen de s’insérer, mais il se sentait seul, sans personne vers qui se tourner pour obtenir de l’aide et des conseils. 

Un jour, en route vers la France pour rendre visite à sa famille, Mickael attendait son vol à l’aéroport Ben Gurion. Assis, il pensait aux difficultés qu’il rencontrait et envisageait d’abandonner ses rêves. Son air inquiet a attiré l’attention d’un autre voyageur, Eli Alaluf, qui s’est approché de Mickael pour voir s’il pouvait offrir du réconfort à ce jeune étranger. 

Mickael a raconté son histoire à Eli et lui a fait part de son sentiment de désespoir, sans savoir qu’Eli était un haut fonctionnaire du gouvernement, ainsi qu’un philanthrope bienveillant.

Eli a été si ému par l’histoire de Mickael qu’à un moment décisif, il a offert à Mickael un stage à la Fondation Rashi et lui a fait bénéficier de son réseau personnel, dont faisaient notamment partie Gustave Leven, Eli Ayalon et Yair Shamir.

Mickael a saisi cette opportunité et, est rapidement devenu un membre apprécié de l’équipe. Grâce à ses nouvelles relations et au soutien de la Fondation, Mickael s’est immédiatement tourné vers d’autres personnes se trouvant dans la même situation que lui et a décidé de créer quelque chose pouvant permettre à d’autres arrivants hautement qualifiés d’obtenir les outils et le soutien dont ils avaient besoin pour trouver un emploi en Israël.

Avec Gustave Leven, il a lancé le tout premier programme de carrière et d’intégration pour des personnes faisant leur aliyah : Aider les olim hautement qualifiés à trouver leur premier emploi en Israël. Cette approche a été si fructueuse qu’elle est devenue le modèle des programmes actuels, elle a construit un pont entre les olim professionnels et l’écosystème israélien par le biais d’un mentorat, de la mise en réseau et des compétences d’adaptation sociale.

En 2006, Mickael a identifié le besoin de créer une entité indépendante à but non lucratif pour atteindre ces objectifs. Gvahim est né, Mickael travailla avec Yair Shamir pour créer cette nouvelle initiative.

OÙ EN SOMMES NOUS AUJOURD'HUI ?

Gvahim (qui se traduit de l’hebreu par « hauteurs ») a été créé en partant du principe que chaque oleh doit pouvoir entrer sur le marché du travail israélien et acquérir les relations nécessaires pour construire une carrière réussie.

Notre mission est de faciliter l’intégration réussie des nouveaux olim sur le marché du travail israélien.

Chaque année, Gvahim aide des milliers d’olim du monde entier à acquérir des outils et des compétences essentiels pour entrer sur le marché du travail israélien, ce qui facilite ensuite leur intégration dans tous les domaines de la vie israélienne.